Forum Goane

http://goane.free.fr
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jean-Louis Murat

Aller en bas 
AuteurMessage
Stephane
Archer
avatar

Nombre de messages : 1481
Age : 41
Localisation : Ch'nord
Date d'inscription : 23/06/2004

MessageSujet: Jean-Louis Murat   Lun 19 Nov - 22:54

http://www.jlmurat.com/

Je crée ce topic car je viens de lire une interview accordée au "monde" par Jl Murat. Je partage entierement son avis sur la crise de l'industrie du disque, je vous fais donc partager le document.


V2, maison de disques indépendante à laquelle vous apparteniez, ferme ses portes fin novembre après son rachat par Universal Music. Qu'en pensez-vous ?


Les gros mangent les petits, c'est le capitalisme. Pascal Nègre, PDG d'Universal Music France, applique la politique des dirigeants et actionnaires de Vivendi, qui espèrent qu'à la sortie de la crise du disque, ils auront absorbé les meilleurs afin d'alimenter en musique SFR, Canal+...

A chaque rachat ou fermeture d'une maison de disques, des gens brillants sont broyés. Et les internautes crient hourra ! J'affirme que la crise du disque est un leurre, elle n'existe pas : l'offre est intacte, la demande croissante. Mais, chaque nuit, dans les hangars de la musique, la moitié du stock est volé. Imaginez la réaction de Renault face à des délinquants qui forceraient la porte quotidiennement pour dérober les voitures !

Des gamins stockent 10 000 chansons sur l'ordinateur familial, après les avoir piquées sur le Net. La société, des députés, des sénateurs trouvent cela vertueux ! Or, c'est un problème moral : tu ne voleras point, apprend-on à nos enfants. En outre, ces rapines via le Net s'effectuent dans l'anonymat. L'écrivain américain Brett Easton Ellis a dit : "Depuis la nuit des temps, l'Antéchrist cherche un moyen de prendre le pouvoir sur les consciences de l'homme, enfin il y est arrivé avec Internet." Le Web rend les gens hypocrites, il incite à prendre des pseudonymes. C'est un monde de délation, intoxiqué de spams et de pubs.


Pourquoi les musiciens et chanteurs ne prennent-ils pas plus fermement position comme vous le faites ?


Chez les artistes, règne l'omerta. Dès qu'ils dénoncent les pratiques de voyou sur Internet, ils sont attaqués par des petits groupes d'internautes ; ceux-ci s'y mettent à une dizaine, se font un plaisir de mettre la totalité de la discographie de l'impétrant à disposition gratuitement, partout, dernier album compris. Ils sont sans visage. Les Arctic Monkeys, en Grande-Bretagne, ont eu recours à des shérifs du Net après s'être fait connaître sur le Web, et les internautes britanniques sont en train de leur faire la peau, au nom de la liberté. Mais quelle liberté veut-on ? Celle de se goinfrer ? Avec des gens qui ont 20 000 titres sur leur disque dur et ne les écoutent jamais ?

Cette conception ultralibéraliste, qui est au-delà de tout système politique, se résume à peu : la goinfrerie. Internet favorise cela : toujours plus de sensations, toujours plus de voyages, de pénis rallongés, toujours plus de ceci, de cela...


Vous avez été pourtant l'un des premiers artistes français à ouvrir un site Internet en 1998 et à y proposer des chansons, des échanges, des liens, des images. N'est-ce pas contradictoire ?


Baudelaire appelait le progrès le paganisme des imbéciles. Tous les acteurs de la musique sont tombés dans le fantasme de la modernité à ce moment-là. Les patrons de maison de disques ne juraient que par le Net sans pour autant comprendre de quoi il s'agissait. Au début, je mettais environ une chanson inédite par semaine à disposition sur mon site, gratuitement. Puis j'ai arrêté. Ces titres étaient téléchargés sans un merci, sans un bonjour, et éventuellement revendus sous forme de compilations payantes dans des conventions de disques. J'ai fait partie des imbéciles qui ont cru aux mirages de l'Internet, et de ce fait à la bonté naturelle de l'homme, à l'échange communautaire. L'homme a travaillé le fer pas seulement pour les charrues, mais aussi pour les épées, idem avec les atomes et le Net.


La gratuité sur Internet est-elle la seule cause de l'effondrement des ventes de disques ? Le déficit d'image d'une industrie habituée au court terme y est-elle pour quelque chose ?


Evidemment, 90 % de notre métier est fait par des gens formidables, des musiciens, des tourneurs, des ingénieurs du son, des attachés de presse, des artistes, des passionnés ! Mais l'image qui est passée dans le public est celle de ses patrons, arrivés là à cause de l'argent facile, de l'épate, du look. Le triomphe du petit bourgeois snobinard et de la fanfaronnade ! Nicolas Sarkozy ressemble tout à fait à un patron de maison de disques.

J'ai toujours été sidéré de voir comment l'industrie musicale attirait les médiocres à sa tête. Des médiocres qui dirigent des sociétés de taille modeste, sur le plan de l'économie mondiale, mais dont les émoluments s'alignent sur ceux des groupes multinationaux et consomment 80 % de la masse salariale dans les petites structures. Et les parachutes dorés ! Quand on licencie une centaine de salariés dans une maison de disques, comme chez EMI France par exemple, c'est en grande partie pour payer les indemnités du patron, c'est scandaleux.


La gratuité n'est-elle pas le meilleur moyen de démocratiser la culture ?


C'est une blague ! Cela nous tue. La démocratisation, c'est à l'école maternelle qu'elle doit être ancrée. Une fois les bases et l'envie acquises, chacun peut faire son choix. Par ailleurs, je ne suis pas démocrate, je suis happy few. La culture est le fait d'une minorité, d'une élite qui fait des efforts. Attention, pas une élite sociale ! La femme de ménage ou le facteur sont absolument capables de sentiment artistique. Mais la démocratisation, pour moi c'est le concours de l'Eurovision : chaque pays envoie son artiste fétiche. Et là, comme disait Baudelaire, la démocratie, c'est la tyrannie des imbéciles. Sur MySpace, vous allez voir 45 000 nigauds, les 45 000 artistes ratés qui ont ouvert leur page - j'y suis aussi, parce que sinon on me vole mon nom.


Qu'est-ce qu'un artiste raté ?


C'est celui ou celle qui fait la moitié du chemin, sans rien sacrifier. Le monde est plein d'artistes qui ne le sont que six heures par semaine, du samedi matin au dimanche soir. Ils sont d'une arrogance, ils veulent tout arracher ! Alors qu'être artiste, c'est un engagement total, où tous les risques sont pris. C'est une décision à laquelle on se tient. Quitte à dormir dehors, à vivre autrement. Tout le monde a en soi des capacités créatives, cela n'en fait pas un artiste pour autant. Etre artiste, c'est une affaire de vocation et de discipline, une discipline de fer. Etre artiste, c'est du travail, du travail, du travail et encore du travail.

_________________
Ne laissons pas passer les trains, réinventons l'utopie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://goane.free.fr
vivicracra
***Partizan du Zor***
avatar

Nombre de messages : 4380
Age : 33
Localisation : blue mountain
Date d'inscription : 25/06/2004

MessageSujet: Re: Jean-Louis Murat   Mar 20 Nov - 9:05

haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ...
Bein moi ce que je viens de lire me ferait presque gerB !!!
hummm
Oui les gens telecharges c'est un fait oui ils possedent bcp plus qu'ils
n'écoutent . voilà pourquoi il est sur de donner des sous . Les gens pour
bcp veulent juste posseder. Maintenant, le "CD" n'est qu'un support avant
on était avec les K7 et qui n'enregistré pas a la radio?
Becaucoup moins peut etre on n'était juste pasles drolent de
consomateurs d'aujourd'ui.
Après cracher sur le net ... ouais peut etre un profond degout pour des gens qui sont eux connu par là comme Kamini ou Coksy !
Et non est pas obliger de TOUT sacrifier on peut aussi voloir avoir une vie
qui n'est pas sous un pont sans pour autant ëtre un "faux" artiste.
J'aime même pas su tout lire.
Berkkkkkkkkk !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/vivicracra3/
bab
Saltimbanque
avatar

Nombre de messages : 2245
Age : 38
Localisation : wasque
Date d'inscription : 23/06/2004

MessageSujet: Re: Jean-Louis Murat   Mar 20 Nov - 10:20

et bien moi, ca m'a fait du bien de lire ca, surtout hier Smile
Je dis amen à Jean Louis Murat !
Il dit tout, ou presque, avec de belles images en plus.

Vivi je ne comprend pas ta phrase :

vivicracra a écrit:
[color=blue]Après cracher sur le net ... ouais peut etre un profond degout pour des gens qui sont eux connu par là comme Kamini ou Coksy ![color]


???


Apres....les gouts et les couleurs ... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://goane.free.fr
Zitoun
L'alchimiste
avatar

Nombre de messages : 1254
Age : 41
Localisation : Tournez le dos au soleil, vous voyez un nuage là-bas... c'est juste en dessous!!!
Date d'inscription : 25/06/2004

MessageSujet: Re: Jean-Louis Murat   Mar 20 Nov - 14:25

Je suis à 100% d'accord avec cet interview puisqu'ici nous parlons bien du vol de la propriété artistique via le peer to peer (et cela s'étend au dela de la musique), même si c'est un peu hypocrite de ma part puisqu'il m'est arrivé et il m'arrive encore d'exercer cette pratique.

Les gros mangent les petits parce qu'ils ont pris conscience qu'une part de marché leur échappait. A cela ils proposent des alternatives qui inscrivent l'artiste dans un processus spiralesque malsain qui le transforme en objet de consommation jetable et uniforme (sfr, etc...).

Heureusement, les petits continuent à se battre malgré tout. Il existe aussi des initiatives innovantes visant à responsabiliser le consommateur face aux "goinfres" adeptes du peer to peer. Certes ces initiatives ne sont pas parfaites mais ont le mérite d'exister et demandent à y regarder d'un peu plus près :


L'avenir de la musique réside-t-il dans l'équitable ?

On oppose trop souvent les maisons de disques traditionnelles aux nouveaux modes de diffusion de la musique par Internet. Mais n'y a-t-il pas possibilité d'allier les forces des deux pour réaliser une musique économiquement plus rentable en restant socialement "éthique" ?


Face aux difficultés grandissantes de l'industrie musicale à écouler ses disques, certains acteurs cherchent de nouveaux modèles économiques. Des modèles qui, loin de prendre le contre-pied d'Internet, viendraient au contraire s'y greffer dans une parfaite symbiose. La question n'est même plus d'adapter au web les mécaniques des maisons de disques qui commencent à rouiller, mais bien d'inventer un système complètement neuf, inspiré du phénomène Web 2.0.

Ces nouveaux acteurs s'appellent Airtist, ou Reshape Music, des labels dits "équitables". ?uitables dans la rémunération de l'artiste, prétendument supérieure à celle des labels "traditionnels". Fini la consommation de masse alimentée à grands coups d'opérations marketing, les labels de musique éthique sonnent le glas des prescripteurs culturels (médiatiques ou publicitaires) pour redonner le pouvoir aux consommateurs.

Dans un contexte où MySpace devient l'injonction artistique par excellence en matière de production musicale – tout artiste se doit d'avoir une page ! –, les labels équitables émergent un peu partout dans le monde, fondés par des personnes issues de générations ayant pu constater l'effet considérable qu'un tel réseau pouvait avoir. Il devenait alors possible pour un groupe peu connu de rivaliser d'audience avec les canons modernes promus dans les vitrines médiatiques habituelles. Pour exemple, Underoath, un groupe de christiancore qui ne vous dira peut-être pas grand chose, a réussi à cumuler trois fois plus d'écoutes sur sa page MySpace que celles de Britney Spears ou Madonna !

Si les labels équitables partagent cette conviction forte dans le potentiel du web 2.0, leur système de rémunération des artistes variera selon les choix (idéologiques ou pas). Ainsi, Reshape Music proposera à l'acheteur de fixer lui même son prix d'achat, tandis qu'Airtist le laissera déterminé par l'artiste. Ce dernier site évoque même, dans une interview accordée à Borey (voir vidéo ci-dessous), la possibilité d'offrir son catalogue en téléchargement gratuit via un financement publicitaire, un peu à l'image de SpiralFrog dont on attend la sortie officielle.

En quoi la musique équitable diffère ?

Mais comment font ces labels pour promettre un pourcentage de rémunération supérieur à celui des labels traditionnels ? Ces derniers gaspilleraient-ils leur argent de par leur structure trop lourde, ou inefficace à l'ère d'Internet ?

Avec le label équitable, une part non négligeable des coûts liés à l'aspect promotionnel est d'emblée évacuée, puisque c'est le consommateur lui même qui assure le plébiscite d'un artiste. Et même si certains exemples ont déjà pu montrer avec force le pouvoir que ce dernier pouvait avoir (et qui a notamment fait le succès de Kamini en quelques mois à peine), rien n'indique pour autant qu'un artiste supporté uniquement par la "communauté" ait plus de chances de percer qu'en sollicitant les prescripteurs habituels (presse, radio,...).

La deuxième chose est qu'une bonne partie des labels traditionnels produisent leurs artistes, c'est-à-dire qu'ils en financent l'enregistrement. Or, à l'heure actuelle, les labels équitables n'ont pas vraiment les moyens d'investir en studio pour leurs poulains, et doivent donc se contenter d'en recevoir les produits finis et auto-produits. Si ce modèle marche, c'est en partie dû au fait que le "home made" devient de plus en plus accessible avec l'essor de l'informatique grand public. Ce qu'il est possible de faire aujourd'hui aurait sûrement nécessité l'intervention d'un ingénieur du son quelques années auparavant.

Enfin, les labels traditionnels considèrent qu'une place dans les bacs de la Fnac ou de Virgin reste un élément incontournable pour la sortie d'un CD. A contrario, la musique équitable n'y accorde pas autant d'importance, se contentant de vendre la majorité de ses produits sur son site. Elle s'affranchit donc de la marge conséquente que prennent ces disquaires sur le prix d'un CD.

Musique équitable : l'avenir de la musique ?

Avec l'équitable, on demande finalement beaucoup de choses à l'artiste : s'auto-produire, assurer le contact avec son public, déterminer lui même son prix de vente... Mais est-il plus pertinent pour lui d'assumer ces tâches que de les confier à une structure dont c'est justement le métier ? Ceux qui optent pour la deuxième option continuent de choisir les labels "traditionnels" qui, à défaut de rémunérer autant, sont en revanche sensés avoir le temps et l'argent pour s'y consacrer. Ce que promet le label équitable, c'est pour l'instant surtout un travail de médiation entre l'artiste et l'internaute.

Cette dualité n'est finalement pas nouvelle. Est-il préférable que la capacité de vente soit assurée par l'artiste ou par des commerciaux ? Le fait est que les majors du disque ont tellement exacerbé ce côté du métier, qu'elles en vinrent à créer des objets marketing de masse totalement désincarnés. Le label équitable s'impose donc à juste titre comme un moyen, à l'instar de MySpace, de recréer du lien là où les choses avaient tendance à se déshumaniser.

Constitue-t-il pour autant le créneau de demain ? Dans un contexte où les productions artistiques sont de plus en plus nombreuses sans que les moyens financiers n'augmentent pour autant, on serait tenté de penser que ce modèle d'auto-gérance "accompagnée" risque en tout cas de devenir un choix de plus en plus, sinon nécessaire, au moins pertinent.

source
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://goane.free.fr
bab
Saltimbanque
avatar

Nombre de messages : 2245
Age : 38
Localisation : wasque
Date d'inscription : 23/06/2004

MessageSujet: Re: Jean-Louis Murat   Mar 20 Nov - 15:40

moi c'est tout ce discours là qui me fait gerber.
D'où le client doit décider du prix a mettre dans le produit (dans n'importe quel domaine) qu'il desire acheter, je trouve ca ultra dégradant pour le métier d'artiste ou pour le producteur en parlant du pur produit qu'est le cd, en tant que produit commercial.
Ce n'est pas parce qu'on est un pauvre artiste, que l'on a besoin qu'on s'appitoie sur notre sort, , nous souhaitons seulement se faire respecter, et faire respecter la musique !

Je perçois sincerement ce systeme comme une insulte au métier.

Comme je l'ai dit hier dans une discussion a ce sujet, j'aimerai pouvoir decider du prix a mettre dans une bonne entrecote que je ne peux pas me payer, dans des fringues, ou chez le coiffeur....
Allez dire à votre boucher que sa belle tranche de viande qu'il estime a 5 euro ne vaut que 10 centimes a votre gout ! LOL, tout le monde vous ris au nez. Et pourquoi cela ne s'applique t-il pas a notre branche à nous?

et cette phrase là : ""le "home made" devient de plus en plus accessible avec l'essor de l'informatique grand public. Ce qu'il est possible de faire aujourd'hui aurait sûrement nécessité l'intervention d'un ingénieur du son quelques années auparavant."

Et si les maisons de disques existent c'est aussi pour produire les disques, payer les artistes, les studios, et leurs pros pour proposer des produits de qualité !

Et en restant chacun dans son coin, a tout faire chacun dans son coin, c'est annoncer la mort de tous ces metiers annexes qui font vivre la musique.
Attention, qui dit maison de disque ne dit pas forcemment grosse industrie à gros artistes... avant, il existait de tous petis labels qui signaeint un ou deux artistes, et qui pouvaient les faire vivre, meme a toute petite echelle... et grace au net et a ce genre d'idée, ces petites boites ne sont plus viables....

Je trouve que ce discours va totalement à l'encontre de celui de Monsieur Murat, simplement même avec cette phrase ci tirée de son interview:
"L'écrivain américain Brett Easton Ellis a dit : "Depuis la nuit des temps, l'Antéchrist cherche un moyen de prendre le pouvoir sur les consciences de l'homme, enfin il y est arrivé avec Internet." Le Web rend les gens hypocrites, il incite à prendre des pseudonymes. C'est un monde de délation, intoxiqué de spams et de pubs." (à délation, j'aurai perso rajouté de consommation)

En permettant aux clients de choisir la valeur monetaire d'une chanson, d'un album, le pouvoir est pri, nous devenons un peu plus esclave d'internet.... pour moi, c'est de l'irrespect, c'est ne pas reconnaitre le métier d'artiste comme tel, c'est renier tout un tas de professionnels encadrant de la profession (dont les maisons de disque, distrib, tourneurs et j'en passe font partie), qui, permettent en signant un artiste de le soulager de toutes les taches annexes qu'il doit se taper seul, alors qu'en général il n'est pas vraiment doué pour ca, avouons le Mr.Red.
Tout travail merite salaire, et reconnaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://goane.free.fr
Zitoun
L'alchimiste
avatar

Nombre de messages : 1254
Age : 41
Localisation : Tournez le dos au soleil, vous voyez un nuage là-bas... c'est juste en dessous!!!
Date d'inscription : 25/06/2004

MessageSujet: Re: Jean-Louis Murat   Mar 20 Nov - 16:04

Encore une fois, je suis d'accord... Mais il est nécessaire de ne pas faire d'amalgame ici. Pour ma part je cite ces initiatives en tant qu'alternative au téléchargement massif (où là, l'artiste peut s'assoire sur tous ses droits et son travail! Il ne touchera pas un rond!) et non comme dispositif de remplacement des labels "classics". Où est l'insulte dans ce cas?
A contrario, si le consommateur se sent un peut responsable, et il y a du boulot à ce niveau là, ce système me semble être une bonne alternative.

Comme je l'ai dit également, rien n'est parfait et je ne suis pas d'accord non plus avec le fait que le consommateur puisse lui même décider du prix d'achat d'un ou plusieurs titres (nous ne sommes pas Radiohead Mr.Red, et même si tel était le cas). Heureusement, à l'instar de certains, d'autres "labels" de ce type proposent que ce soit l'artiste qui fixe le prix de vente de leur travail, ce qui me semble être plus juste.

Sinon j'ai une solution radicale contre l'envie de gerber Arrow Cuisto
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://goane.free.fr
bab
Saltimbanque
avatar

Nombre de messages : 2245
Age : 38
Localisation : wasque
Date d'inscription : 23/06/2004

MessageSujet: Re: Jean-Louis Murat   Mar 20 Nov - 17:36

c'est quoi ton remede?

e, tous cas les voleurs telechargeurs, ils ont de la chance, meme les victimes de leur vols veulent bien negocier avec eux pour trouver un arrangement...Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://goane.free.fr
Zitoun
L'alchimiste
avatar

Nombre de messages : 1254
Age : 41
Localisation : Tournez le dos au soleil, vous voyez un nuage là-bas... c'est juste en dessous!!!
Date d'inscription : 25/06/2004

MessageSujet: Re: Jean-Louis Murat   Mar 20 Nov - 18:43

Exact!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://goane.free.fr
vivicracra
***Partizan du Zor***
avatar

Nombre de messages : 4380
Age : 33
Localisation : blue mountain
Date d'inscription : 25/06/2004

MessageSujet: Re: Jean-Louis Murat   Mar 20 Nov - 20:11

Désolée Bab j'avais pas encore bu tout mon café lol
Mainteant vou savez trop écrit et mon est en mode off .
Celà dit en passant quand on se sens volé comme Murat on peut qu'etre
pour. Maintenant, moi quand j'aime j'achete, et plus vite les petits que les
gros... Comme bcp je suis sure !
Maintenant , allez dans un expo est prendre un photo d'une toile ça
dérange pas C'est pourtant du vole aussi ... Bon faut vraiment que je
dorme je crois lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/vivicracra3/
Tembo
Partizan du zor
avatar

Nombre de messages : 1383
Localisation : b'en là x
Date d'inscription : 25/06/2004

MessageSujet: Re: Jean-Louis Murat   Mar 20 Nov - 20:44

Avis d'une mé(na)gère de plus de 25 ans, qui n'a pas tout lu paske ses neuronnes sont plusss branchés sur "kes kon bouffe ce soir" que sur "et si je piratais sur nenette"

premièrement : un artiste n'existe que
1/ s'il décide qu'il en est un
2/ les gens le croient
3/ les gens doivent le payer pour s'approprier sa production (éventuellement)


deuxièmement : j'ai autant de respect pour le peintre du dimanche qui fait des croutes que pour les Rolling Stone, j'vois pas pourquoi faudrait être "artiste" toute sa vie, tout le temps, et vivre ça comme un sacerdoce

troisièmement : c'est facile de cracher sur le capitalisme, encore faut-il se rendre compte que chacun en a sa propre définition, paske pour moi il est lié au fait que y'a de l'electricité dans ses putains de sonos qui nous massacrent les z'oreilles pendant les concerts, que c'est de là que vient ce putain de pétrole qu'on met dans les voiture pour aller faire un concert, c'est encore des entreprises capitalistes qui pressent les CéDé ....à ma connaissance personne n'a jamais encore décidé de faire pédaler le public pour fournir de l'énergie ni vu de pompe à essence associative...


Et puis, faudrait pas oublier que les "produits culturels", on peut vivre sans...
c'est pas ça qui me nourrit

et puis le discours du téléchargment gratos, il me gonfle grave d'abord !
Parait que les ventes de CéDé chutent ! moi j'comprend pas, y'a jamais eu autant de CéDé en vente partout, rien qu'au supermarket pourrave du coin doit y avoir plus de 500 reférences, c'est ptet peu par rapport à ce qui existe, mais y'à 15 ans y'avait RIEN ! c'est bien que ça ce vend sinon ils se feraient pas chier à mettre tout ça en rayon si c'était pas rentable

Et pi il me semble que y'a "t'achètes un truc d'une grosse boite" d'un coté et "t'achètes indépendant/petite boite" de l'autre...euh, on n'a pas le droit de faire les 2 ?
perso je m'en fou de savoir QUI à produit un Cédé, j'achète paske j'aime pi c'est tout !
et si j'aime, c'est souvent paske j'ai entendu/découvvert.... illégalement !
et na
et pouett


paske avec 510 keuz par mois j'arrive encore à m'acheter des Cédé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://temblog.canalblog.com
vivicracra
***Partizan du Zor***
avatar

Nombre de messages : 4380
Age : 33
Localisation : blue mountain
Date d'inscription : 25/06/2004

MessageSujet: Re: Jean-Louis Murat   Mer 21 Nov - 0:57

Moi je suis D'acc avec Temb !
Les gens se plaignent que qd ils sont touchés par ce pb.
Une catastrophe arrive, on aide les gens mais on les auraient jamais aidé
avt . On fait greve pour avoir plus que 1500 euros par mois alors que
le petit gars dans son usine gagne encore moins.

Tous les salaires sont a revoir , toute l'économie , le fonctionnement,
l'éducation ...

Je m'égare , je mélange mais tout semble parfois si lié !
Pi on achete les petits qu'on arrive pas a telechaG
Alors parfois vaut peut etre mieux d'etre petit non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/vivicracra3/
Stephane
Archer
avatar

Nombre de messages : 1481
Age : 41
Localisation : Ch'nord
Date d'inscription : 23/06/2004

MessageSujet: Re: Jean-Louis Murat   Mer 21 Nov - 2:35

Tu as rasion Vivi, et y'en a meme qui creve de faim, je dirai donc : "la mort c'est mal !".

Y'a pas de concours de la misere.... y'a simplement des situations, et des discussions.

Pour ce qui est d'etre petit, je ne partage pas ton avis pour le vivre tous les jours... on espere tous devenir quelque chose, mais surement pas le dindon de la farce.

Tembo, oui les ventes de disque chutent... paradoxe, beaucoup plus de choix, acces plus facile grace au net pour decouvrir, acheter mais voila les chiffres de l'insee:





On est bien d'accord, que ca soit indé, major, l'essentiel n'est pas la, le contenu seul est important, il nous touche ou non.
Je suis egalement d'accord avec toi Vivi sur les salaires (comment ne pas l'etre!), c'est pour ca qu'en 150 concerts j'ai touché 3 cachets in the pocket Wink, bonne moyenne, un toutes les 50 dates, mais il parait que c'est normal, que quand on aime on ne compte pas.

_________________
Ne laissons pas passer les trains, réinventons l'utopie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://goane.free.fr
vivicracra
***Partizan du Zor***
avatar

Nombre de messages : 4380
Age : 33
Localisation : blue mountain
Date d'inscription : 25/06/2004

MessageSujet: Re: Jean-Louis Murat   Mer 21 Nov - 9:00

Alors je me suis peut-être fait plus de tunes que toi a vendre 3 toiles dans
ma vie dont 2 qui me sont revenues lol
Maintenant, je suis plus étudiante et je me retrouve avec un boulo de
merde mais qui a forcement fait augmenter mon pouvoir d'achat vu
que je ne gagné rien. hummm
Bein en peut-être 8 mois j'ai pas acheter de CD. Le dernier c'était
" In the garden" d'un moyen ( ni petit ni gros ).
Par contre je fait plus d'expos, je bouge plus et je paie les réparation de
ma voiture Smile
L'augmentation du pouvoir d'achats resoudrez un minimum se pb .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/vivicracra3/
Nanne
bébé Wadä
avatar

Nombre de messages : 90
Age : 39
Localisation : Lille
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: Jean-Louis Murat   Jeu 22 Nov - 18:36

je viens de recevoir la newsletter d'Arrêt sur images. Apparement il y a eu 2 titres differents pour l'article de jean louis Murat, un pour la version papier et un autre plus soft pour la version internet. scratch

http://arretsurimages.net/post/2007/11/22/Jean-Louis-Murat-accuse-les-internautes-de-se-goinfrer-mais-pas-sur-Internet


Dernière édition par le Jeu 22 Nov - 19:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jpeg
***Partizan du Zor***
avatar

Nombre de messages : 3712
Localisation : Planète Terre 108.000 km/h
Date d'inscription : 24/06/2004

MessageSujet: Re: Jean-Louis Murat   Jeu 22 Nov - 19:24

Je sors un peu du cadre du disque, mais j'aimerais ajouter ceci. Je crois que c'est Vivi qui dit plus haut "tout se tient" et c'est une réflexion que je reprendrai volontiers.
Il y a aussi un mot qui est omniprésent dans la bouche de nos décideurs, de nos marchands : le consommateur. Je nommerais ça : la dictature du consommateur. Toujours faire moins cher pour le "consommateur". Comme si, ce consommateur était une entité venu d'ailleurs, d'une autre planète. Sachant que, lorsque l'on veut faire des produits toujours moins chers, pour satisfaire le consommateur et lui donner l'opportunité d'accéder à certains produits, il faut diminuer les coûts de fabrication. Et qui en fait les frais ? Nous sommes devenus fous. Nous voulons toujours payer moins cher le service, le matériel que nous achetons. Nous tendons même vers "l'esprit de gratuité". Comme si, derrière ce service, ce matériel, il n'y avait pas d'humains à l'origine de celui-ci. Le travail ne paie pas. Si l'on devait devenir riche en travaillant, cela se saurait depuis longtemps. L'obsession de devenir riche n'étant pas l'apanage de tous les humains, il serait bien de reconnaître la valeur travail. Que celui-ci soit reconnu à sa juste valeur.
Le matraquage médiatique que nous subissons depuis des lustres a réussi, il me semble, à nous positionner en tant que consommateur, délaissant par le fait que nous sommes aussi, et surtout, des "créateurs". "Créateurs" de produits, de services. Cette spirale infernale nous guide tout droit à l'autodestruction. Nous sommes nous-mêmes responsables du monde dans lequel nous vivons. Parce que nous sommes faibles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean-Louis Murat   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean-Louis Murat
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L’historique de la PCAIF/Poppys par la voix Jean Louis Jacquet.
» Jean-Louis Florentz (1947-2004)
» Jean Louis Agobet (°1968)
» Jean-Louis DUPORT (1749 -1819)
» Jean Louis Aubert, Téléphone et cie..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Goane :: LIBRE EXPRESSION :: Liens-
Sauter vers: